Les poèmes

Rose de lumière,

un mur qui s'effrite,

mais, sur la pente de la colline,
cette fleur qui, haute, hésite

dans son geste de Proserpine.

 

Beaucoup d'ombre entre sans doute

dans la sève de cette vigne;

et ce trop de clarté qui trépigne

au-dessus d'elle, trompe la route.

 

Rainer Maria Rikle (1875-1926)

in " Les Quatrains Valaisans"

 

 

LA CAPTURE DU SOLEIL

 

Lancée à l'assaut des côteaux

Comme le prisonnier sur ses barreaux,

La vigne déploie ses ailes,

Tente l'escalade du ciel.

 

Défiant les lois de l' équilibre

A la recherche d'un peu d'air libre,

Elle grimpe jusqu'aux cieux

Dans un bel élan fougeux.

 

Comme suspendue au-dessus du Rhône,

Pouvant presque en humer les arômes,

Elle contemple fièrement la plaine

Qui, à ces pieds, s'étend et se traîne.

 

Peu à peu l'air se raréfie,

Montée trop haut la vigne s'asphyxie,

Elle suffoque, se replie

Dans un reflexe de survie.

 

Mais déjà elle tente de relancer

Ses terrasses en guise d'escaliers,

Dans le but terrible et inavoué

De faire le soleil prisonnier !

 

Julien Lovey ( 22.11.2003)